Partagez | 
 

 Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 11/03/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Inconnu
En couple ou célib ? : Ne s'intéresse nullement aux autres.
MessageSujet: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Lun 30 Mar - 17:57


Narcisse


Mais comment veux-tu mourir un jour, Narcisse, puisque tu n'as point de mère ? Sans mère on ne peut pas mourir, sans mère on ne peut pas aimer.


Nom : 'a pu.
Prénom : Il a eu envie de s'appeler Narcisse.
Âge : Il a 103 ans, mais il l'ignore.
Date de naissance : Ouh, on sait plus.
Orientation sexuelle : Asexué, dommage.
Familier : Kimeria, vipère péliade
Groupe : Elfes
Avatar : Inconnu au bataillon

Kimeria
Kimeria est d’un naturel calme, posé. C’est un serpent, ou plus exactement, une vipère péliade. Elle a le dos d’un gris écaillé de noir, le ventre et la gorge blanche. Ses yeux fendus sont d’un rouge sang de bœuf. Elle mesure environ 50 centimètres, et est plutôt fine, car elle n’a que six ans. Elle passe son temps enroulée nonchalamment autour du cou de son maître. Cela lui fait un étonnant collier grisâtre d’écaille, mais il ne faut pas s’y laisser prendre, la femelle reptile est très agile. Autant de corps que d’esprit. La demoiselle connait Narcisse par cœur, et n’a aucun problème à le charmer par des mots ou des câlins. Elle comprend toujours ce qu’il a, et le pousse souvent à régler ses problèmes de n’importe quelle façon que ce soit. Elle a horreur qu’il lui résiste et ne lui obéisse pas, d’autant qu’elle est très princesse avec lui. Monsieur doit toujours régler les soucis de madame, et au plus vite, sinon, elle boude et elle n’arrête pas de se plaindre. Mais le pire, c’est quand Narcisse parle à une dame. Kimeria est tellement jalouse et possessive, qu’elle est prête à mordre quiconque du sexe féminin s’approche de lui. Même si elle sait que Narcisse se fiche complètement de l’amour et des plaisirs de la chair, elle le maintient à l’écart du vice de la luxure. De ce fait, elle est très farouche avec les inconnus, ou alors suscite chez eux peur et méfiance, ce qu’elle adore. Comme ça, elle a son Narcisse rien que pour elle, et surtout ses chants. La serpente adore la voix et les chants du jeune elfe, qui fredonne volontiers pour elle. Elle essaye parfois de l’accompagner de sifflements, mais le reptile n’a pas les facultés pour chanter. Contrairement à son compagnon, elle dort beaucoup. Pour manger, elle se débrouille, et trouve toujours une souris ou des insectes à gober tout rond. Elle ne se sert de son venin que pour chasser, et n’en usera jamais sur un être humain, à part si bien sûr on menace Narcisse, mais généralement, ce dernier lui ordonne de faire profil bas. Une morsure de serpent, même sans venin, est déjà assez désagréable. Son venin n’est habituellement pas mortel, car il prend du temps à pénétrer l’organisme et à atteindre cœur et cerveau, mais il a un fort pouvoir immobilisant. Kimeria est évidemment sourde, mais elle comprend tout ce qu’il se passe alentour grâce à son lien avec Narcisse qui lui entend très bien. Sa vue n’est pas non plus très nette, mais elle perçoit très bien les mouvements. Si on reste immobile face à elle, votre image finira par s’estomper, floue, même si elle sent la personne face à elle. Elle déteste qu’on l’attrape fermement, elle préfère cent fois les doigts fins de Narcisse qui la porte précautionneusement sans la serrer. Ses plus grands ennemis sont les oiseaux chasseurs, faucons,  vautours, et elle a donc une peur bleu des volatiles. Dès qu’elle en voit un, elle se planque sous les habits de son elfe, et elle n’en bouge plus jusqu’à ce Narcisse lui ait assuré que l’inoffensif moineau ou corbeau est bien parti. Après quoi elle fanfaronne qu’en fait, elle n’avait pas eu peur, mais il suffit d’un « Oh, un oiseau. » du roux pour qu’elle retourne se terrer, ce qui le fait éclater de rire. Kimeria est une agréable compagne pour lui, peut-être un peu trop pimbêche, mais elle sait lui redonner le sourire, et le comprend parfaitement pour le compléter.

Caractère & Physique

Narcisse ne s’est pas toujours appelé Narcisse. Parce que « Narcisse » n’est pas un prénom elfique. Narcisse a un beau visage fin, et des oreilles pointues. Oui, Narcisse est un elfe, et il en a toutes les dispositions. Narcisse a 103 ans, mais il ne le sait pas. Il ignore à quel âge il a vécu sa renaissance. Il ignore son nom d’origine. Narcisse, ce n’est qu’un emprunt à cette fleur qu’il admire et adore tant. Narcisse a les doigts fins, un peu secs comme des brindilles. Ses ongles, il se les ronge souvent, et les garde donc courts. Ses mains paraissent petites à côté de ses longs membres, à la peau pâle et à la chair tendre, parce que Narcisse passe été comme hiver caché sous un grand manteau noir. Un vêtement sombre, à capuche pour dissimuler ses oreilles ou ses cheveux un peu trop roux à son goût, et pour se protéger soit du vent glacial, soit des rayons ardents. Et parfois des regards trop insistants. Ce long habit, il a des trous un peu partout, il est tout élimé et déchiré, mais il refuse de s’en séparer. C’est avec ce tissu qu’il s’est réveillé, c’est avec ce linceul qu’il veut se rendormir. D’ailleurs, Narcisse a l’air tout le temps fatigué, et pour cause. Il dort très peu, à peine deux ou trois heures par nuit. On pourrait le qualifier d’insomniaque, mais il s’est surtout habitué à ce mode de vie. S’il dort trop, il fait des rêves étranges qui le dérangent. Ils semblent tant parler de ses souvenirs perdus, qu’il se plonge dans ses pensées, dans son esprit, et il se referme sur lui-même. Mais cela le détruit, car les images se brouillent, les songes s’échappent d’un battement de cil, et le laisse avec ses espoirs ravivés, vide d’émotion. Narcisse pourrait pleurer. Mais Narcisse ne le fait jamais. Il a l’impression de n’être qu’une coquille, une enveloppe essorée par son trop long sommeil. Cela ne l’empêche pas de rêvasser et de s’assoupir dans l’herbe. Dans ce cas, c’est qu’il est sous l’emprise de la drogue. Son addiction, c’est ce qui lui permet de tenir. D’avoir un élan d’inspiration pour finir un poème, pour sursauter et entonner un chant sous le regard surpris de la foule, et il y claque le pauvre pactole qu’il récolte. Il y tient plus qu’à la bouffe. La nourriture, ça passe souvent au second plan chez Narcisse. Surtout qu’il a un appétit d’oiseau et qu’il est végétarien. Narcisse est faible, il ne sait pas se battre. Il n’a jamais tenu une arme de sa vie, pas même un arc. Trop doux, trop pacifique. Il ne lèvera jamais la main sur vous, même si vous le frappez. Il lâchera peut-être un gémissement de douleur, mais c’est tout. De toute façon, Narcisse connait la douleur. Celle qui lui déchire les poumons, le plie en deux dans une quinte de toux, et lui fait cracher du sang. Au début, c’était rare, mais il s’aperçoit qu’au fur et à mesure, ses « crises » se rapprochent, lentement. Un humain serait sûrement déjà mort, mais il est un elfe. Comme ces derniers, il est grand, mais contrairement à beaucoup de ses comparses qui abordent une musculature imposante, Narcisse est maigre, voire anorexique. Il a la peau sèche, tous comme ses cheveux châtains aux reflets roux, qui encadrent des yeux d’un vert d’eau légèrement délavés. D’ailleurs, sa vision s’est altérée, avec le temps, à cause de la drogue. Il est en gros, assez myope. Si Narcisse connaissait la magie, il aurait peut-être la possibilité de soigner cela, ou alors, il pourrait payer, mais avec quoi ? Il n’a même pas son corps à offrir. Il ne plait à personne, lui-même sait qu’il est laid pour un elfe. Dame Nature ne lui a donné que sa belle voix, et c’est la seule chose qui lui permet de survivre. Et il ne se déplace jamais sans sa mandoline, son seul bien. La plupart des chants qu’il connait, il les a appris au cours de ses voyages. Son addiction à la drogue a effacé une partie de sa mémoire, mais les tiroirs pleins de notes n’ont jamais été vidés, et c’est encore heureux. Ses chansons sont les seules choses qui lui reste de son passé. Certains morceaux lui rappellent tel ou tel paysage, et il s’efforce de le transmettre à son public. Car Narcisse n’est pas un garçon martyr renfermé sur lui-même, bien au contraire. La plupart du temps, il oublie sa souffrance, il joue, il rit, il bavarde. Narcisse est un poète, il aime parler parler parler, il n’est pas ménestrel pour rien. Quand il n’a pas envie de chanter, il raconte des histoires, des légendes d’un autre temps, et il sait capter l’attention de son auditeur. Le soir, autour d’un feu de camps, les ombres deviennent magiques, et les mots pays lointains. Il sait tourner l’histoire selon son assistance, on pourrait rester des heures à l’écouter, et Narcisse adore ça. Ca lui permet même de temps en temps de glaner un lit, un repas chaud. Il pourrait même avoir la possibilité d’avoir de la compagnie, mais étrangement, Narcisse ne s’intéresse ni aux hommes, ni aux femmes. Beaucoup le pensent hétéro, car nombre de ses chants et récits ne parlent que de l’amour d’un homme et d’une femme, et il sait parler au second sexe. Avec ses congénères, il entretient souvent de bons rapports, il parle même des nanas avec eux, pour ne pas avoir l’air d’un idiot, mais au fond, il sait qu’il s’en fiche. Il ne faut pas pour autant se méprendre, ce que les autres appellent sexualité, Narcisse le voit juste comme de la reproduction, un acte obligé. Il en connait donc le fonctionnement, mais n’est pas décidé à en user. Quant à utiliser sa main… C’est rare, très rare, vous vous en douterez. Narcisse est un poète insouciant, qui peut s’extasier devant une fleur, un paysage, un son. Il n’est pas un intellectuel, loin de là. Il ne fait que jongler avec les mots, il est un simple artiste talentueux, doté d’un tout petit peu de génie artificiel.

crackle bones




Derrière l'écran
Pseudo : Pitch, Nono !
Prénom : Célia !
Âge : 17 ans.
Pays : France.
Fréquence de connexion : 7/7j
Inventé ou scénario : Inventé de toute pièce.
Code : j'vous aime bande de gens.
Spoiler:
 
crackle bones


Dernière édition par Narcisse le Lun 30 Mar - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 11/03/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Inconnu
En couple ou célib ? : Ne s'intéresse nullement aux autres.
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Lun 30 Mar - 17:57


Histoire




Narcisse est évidemment né à Alfheim, dans une tribu non loin de Sugar, habituée à commercer avec un temple humain vouant un culte à la nature. Père est l'un des meilleurs guerriers du clan, et Mère voudrait bien que son fils suive les traces de son père. C'est pourquoi elle l'a appelé Tïlïon (force et vaillance), pour qu'il se développe dans l'honneur et le code du parfait guerrier. Son père, froid et autoritaire, le guidait comme il pouvait dans cette voie, mais il voyait bien que l'enfant était d'un naturel trop pacifique. Quand ses camarades le maltraitaient, il ne savait que s'effondrer en larmes et appeler sa mère. Cette dernière finit par lui refuser toute tendresse, afin de le secouer, et Tïlïon ne put se plaindre davantage. Il apprit petit à petit à cacher sa peur, sa souffrance, mais il n'était encore qu'un enfant. Ses amis le traitaient de fille, il était leur bouc émissaire. Sa mère croyait qu'il s'affermissait quand il revenait tout courbaturé, devenait plus fort à provoquer ses copains, mais le petit apprenait juste à encaisser les coups. S'il se plaignait qu'il avait mal, on pouvait aller jusqu'à le frapper. 
 
Vers ses dix ans (humain), on finit par renoncer à en faire un fier soldat. Le gosse ne pensait qu'à rêvasser, paresser dans un coin, ou s'extasier devant une fleur. On lui permit de traîner là où avant, un "vrai guerrier" n'allait pas, c'est à dire avec les femmes, ou aux cuisines. Il apprit donc leurs arts, comme le chant, la musique, le théâtre. On s'aperçut qu'il était doué. Tïlïon avait une si jolie voix quand il fredonnait devant ses dessins, qu'on en frissonnait. Et il excellait à la flute, à la harpe, bien que son instrument préféré soit la mandoline. On lui en offrit une un jour. Quand son père le sut, il détruisit l'objet, plongeant ainsi le môme dans une dépression et une peur presque irraisonné de son paternel. Il ne retrouva le sourire et la voix que quand on lui en donna une autre, qu'il protégea farouchement des griffes parentales. Bref, son domaine, c'était la poésie, pas la guerre. Tout le monde l'avait compris, mais ses parents le rejetait de plus en plus, et il arrivait au jeune elfe de passer de plus en plus de temps auprès des humains, desquels il était fort apprécié et toujours accueilli avoir joie. Il se sentait plus à l'aise là-bas qu'au foyer familial, mais pas pour autant chez lui. Il n'était chez lui ni chez les elfes, ni chez les humains, et la tentation d'aller découvrir d'autres pays pour trouver sa place l'effleura. Mais l'idée d'un grand voyage éprouvant le décourageait d'avance. 
 
C'est à ce moment là qu'il contracta une toux, qui était apparue à la fin de l'hiver, et dont il ne se débarrassait pas. On ne s'en inquiéta pas outre mesure, même si on le savait plus fragile que les autres, il était un elfe. Un jour, on le trouva évanoui au sol, respirant difficilement. Ces "crises" arrivaient par intermittence. Il pouvait aller très bien pendant un an, et puis souffrir sans cesse pendant trois mois. Un jour qu'il était en compagnie d'un prêtre humain à qui il avait confié ses problèmes, ce dernier lui donna une petite capsule, qu'il présenta comme un possible calmant. Et ça marchait. Tïlïon en devint rapidement accro, et il ne cachait pas son addiction. Son ami l'avait pourtant prévenu qu'à trop en user, l'efficacité de cette drogue diminuerait, et il s'en rendit bien compte. Pourtant, il ne fit qu'augmenter les doses, qu'il prenait désormais quotidiennement. Lorsque sa mère comprit ce manège, elle cacha le stock de pilules de son fils, mais cela le rendait fou. Il devenait brusque, voire brutal, il était nerveux, se renfermait dans un mutisme buté, lui qui adorait parler. Il n'était pas normal. Mère tenta donc bien de le guérir, mais il cédait toujours à la tentation quand il était sur le point d'être sevré et revenait à ses doses habituelles. La maison résonnait donc souvent des cris de disputes, et les autres familles craignaient qu'ils n'incitent les autres adolescents à cette consommation illégale, mais Tïlïon n'était pas ce genre de garçon. Il se rendit compte qu'il devenait étourdi. Il lui arrivait, certains matins, d'avoir complètement oublié sa journée de la veille. Et pas moyen de s'en souvenir quand les autres la lui racontait. Il avait des pertes de mémoire. Cela ne l'inquiéta pas plus que ça, tant qu'il n'oubliait pas qui il était, et surtout, qu'il se rappelait toujours de ses chants et de ses poèmes. 
 
Pourtant, il se réveilla un matin, dans le brouillard le plus total. Où était-il ? Pourquoi, comment ? Et surtout... Qui était-il ? Auprès de lui, il y avait une mandoline. Tout ce qu'il avait sur le dos, c'étaient des habits usés, et une grande cape sombre. Il se leva, observant la forêt qui désormais lui était inconnu, et marcha jusqu'à une rivière. Il s'y abreuva, s'y mira. Il vit qu'il était roux, à ses oreilles il comprit qu'il était un elfe. Mais pourquoi il était dans ces bois étrangers, la rivière ne le lui dira pas. Il avait reprit sa route, la mandoline à la main. Il se souvenait vaguement qu'elle était à elle, et qu'il savait en jouer. Et puis, le manque se fit ressentir. Instinctivement, il fouilla dans ses poches, trouva quelques pilules et en avala une ou deux. Il les compta. Il n'y en avait plus beaucoup, et il se mit à paniquer à l'idée de ne plus en avoir. Il continua de marcher, jusqu'à la frontière. Au loin, les royaumes humains s'étendaient. Il pourrait sûrement trouver des médicaments semblables, là-bas. Il marcha donc à travers la campagne, jusqu'à trouver âme qui vive. Il demanda où était la ville la plus proche. On le regarda comme s'il était demeuré, on tendit la main vers l'ouest, et on lui énonca « Loitaceila.» Au bout d'un jour de marche, il trouva un paysan disposé à le laisser monter dans sa  charrette, s'il lui jouait quelques morceaux entraînants. C'est là qu'il eut l'idée de se faire troubadour pour gagner sa vie. A l'époque, Pandora était encore dirigée par le père du défunt roi que nous avons vu assassiné. Le royaume était prospère, et notre elfe était heureux. On ne lui posait pas de question sur son passé, et il s'inventait  des noms selon les provinces. Puis vint la fantaisie de voir plus loin. Il vit la chaleur de Senan, le froid de Jotuhnmeir, les épices de Sugar, il vit même les armes de Draven. Il apprit quantité de choses, surtout des chansons ou des légendes. Chaque fois qu'il entendait une nouvelle chanson, c'était comme une jouissance, il était au comble de la joie. 
 
Jamais il ne retourna à Alfheim, même si un jour, une voix impétueuse dans sa tête, le guidait vers les arbres. Il était alors à Sugar, il marchait, il marchait, en transe, et puis il se stoppa net. Ses yeux croisèrent des pupilles fendues. Il se pencha, ses doigts effleurèrent une langue fourchu. Ils glissèrent des écailles soyeuses, puis il sentit quelque chose de frais s'enrouler autour de son bras, et une voix susurra dans son esprit : « Je suis si heureuse de te rencontrer ! Je suis Kimeria, et désormais je ne te lâche plus ! » La vipère se blottit dans son cou. Il avait un familier. Ce dernier n'était pas sédentaire, ni nomade, tant qu'il y avait quelques souris et son maître près d'elle, ça lui allait. Il n'était pas dérangé par le fait que ça soit une femelle, et apprit bien vite à faire profil bas en présence d'une petite tyran autoritaire qui le menait à la baguette. Après tout, elle était sa lié, il ne pouvait pas lui désobéir. Il chantait quand elle voulait qu'il chante, se taisait quand elle voulait qu'elle se taise, s'était fait maîtresse du troubadour, et personne ne contestait cette autorité, Kimeria sachant se faire menaçante. Il était donc assez seul, et de toute façon ne cherchait pas à se faire une renommée. Il avait croisé quelques autres bardes, parfois appelés au palais de la reine pour la divertir, et s'était souvent demandé s'il accepterait si son tour venait. Pour le moment, il était bien comme ça. Il se posait sur un muret, et sans tenir compte de son public, nombreux ou restreint, il jouait quand il en avait envie. Pour lui, c'était magique, il n'avait qu'à penser à un air pour qu'aussitôt les doigts s'agitent sur les cordes, parfaitement assortis à sa voix. Peut-être un jour vous aurez croisé cet étrange elfe, qui parcourt le monde. Alors vous saurez qu'il s'agit de Narcisse. 

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 10/03/2015
Localisation : Si tu vois un incendie, j'chuis pas loin.

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : L'inimitable Bob Lennon.
En couple ou célib ? : Mnemo, il est con mais il est beau. Et il est génial. Et il est super sympa. Et-- *liste sans fin*
Pyrobarbare
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Lun 30 Mar - 19:00

Rererererererebienvenue ♫ c:
J'aime ce perso. **


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Jeu 2 Juil - 16:07

Cette présentation est (enfin) achevéééée. Je laisse un autre admin se charger de vérifier tout ça. c:

Edit : ne pas oublier qu'il s'agit d'un PNJ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 15/04/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Le (soyeux) Fossoyeur de Films - YouTube.
En couple ou célib ? : ♥
Chasseur de Vampires
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Ven 3 Juil - 16:19

salut, tu veux pas valider Narcisse toi même ?/PAN/


party with the devil
Tell me something that'll save me, I need a man who makes me alright. Just tell me when it's alright, tell me something that'll change me, I'm gonna love you with my hands tied. Show me your teeth. Got my addictions, and I love to fix 'em. No one's perfect, take a bite of my bad girl meat, take a bit of me boy, show me your teeth. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 212
Date d'inscription : 28/08/2014
Localisation : Avec un livre <3

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Lion Ushiromiya • Beatrice ↔ When They Cry
En couple ou célib ? : En cours de mise en couple, n'est-ce pas Caro :'D
Mage de feu
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   Ven 3 Juil - 17:17

j'ai pas lu mais il est asexuel, pas asexué, ça n'a rien à voir

Je vérif' ça et je te valid o/
Par contre whut PNJ .__. ?

[Edit : j'ai lu, je ne vois aucune raison de ne pas te valider hormis que la fiche est super longue donc te voilà PNJ très cher o/]


#f0c800 for the win

UNE ROSE DE RITA, UNE DE JINT ET DEUX D'ENO MOTHERFUCKER I'M AWESOME *mais moins qu'Akashi quand même uvu*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sans bagage et sans âge [NARCISSE] - Terminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aperitf sans sucre et sans alcool
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Un homme sans ennemis est un homme sans valeurs
» PV Jessica • Médecins Sans Frontières, infirmières sans culotte !
» Petites Devinettes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Pandora :: Administration :: Qui êtes-vous ? :: Terminées-
Sauter vers: