Partagez | 
 

 Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Dim 5 Avr - 13:38

Smoke mana everyday
Fëanor & Richard



Dagobert trottinait joyeusement. Il adorait faire des balades, et il ne se privait pas pour en faire partager son compagnon bipède. Oh, une bonne odeur de viande par-ci, et puis oh, une odeur de chat, il lui aurait bien couru après, et puis ce serait bien de montrer que cet endroit, là, c'est à lui... Mais à chaque fois, son maître le rabrouait en lui signifiant d'aller plus vite, et en quelques foulés, il rejoignait Richard, queue battante et langue pendante. Il ne savait pas où son ami voulait aller, mais il sentait que ça allait être intéressant.

Ce labrador allait le rendre fou. Richard soupira, sans ralentir l'allure. Son familier, il ne l'avait que depuis quelques jours, et il rendait compte à quel point ça pouvait être envahissant. Non pas qu'il n'aime pas les chiens, bien au contraire, il était même bien content que ça ne soit pas un chat, mais maintenant, il partageait ses pensées avec un canidé qui lui vouait une adoration sans borne et lui obéissait au doigt à l'oeil, sans se poser la moindre question. Bon, il n'était pas si bête, Dago lui servait habilement grâce à son ouïe et son odorat développé.

Les deux compères se dirigeaient vers l'ouest de la ville, où se trouvaient les complexes sportifs de Loitaceila. Salles de sport, d'entraînement, et aussi arène. Arène où il se rendait en ruminant, puisqu'on l'avait chargé d'aller voir ce qu'il s'y passait, alors qu'il était tranquille au palais, de retour d'une mission éreintante. Il avait voulu protester, mais un regard glacial de sa reine l'en avait dissuadé. Pourquoi lui, sérieux ? Voilà tout ce à quoi servait un ministre des affaires étrangères pour Akachi ? Servir d'yeux pour ce qu'il se passe dans sa ville ? Un simple soldat n'aurait pas pu faire le boulot ? Il exhorta son toutou à accélérer, alors que ce dernier s'arrêtait tous les cent mètres pour renifler telle ou telle odeur, ou quémander une caresse d'une nana qui passait par là.

Enfin, il aperçut le bâtiment. L'Arène formait une cercle, et ressemblait aux structures romaines que les Pandoriens n'auront jamais connus. En tous cas, ce cirque était déjà très ancien, il datait, aux souvenirs de Richard, de quelques générations avant le père du Défunt Roi, qui adorait voir des gens s'entretuer sous le regard de fidèles, hurlant et beuglant à qui mieux mieux pour faire monter la chaleur (ceci n'est pas un jeu de mot anticipé avec ce qui va suivre, non non.), en plus du soleil blafard qui tape souvent. Ben oui, l'enceinte est à ciel ouvert, donc il vaut mieux qu'il fasse beau quand des combats sont organisés. Bon, maintenant les morts sont prohibés, même si... Bref. Inutile d'en rajouter sur les quelques lubies d'Akachi sur les exécutions qu'elle met en place dans l'arène.

Le plus-tellement-jeune-homme (il avait quand même 34 ans maintenant) poussa la lourde porte de bois et de métal. Un grand hall l’accueillit, peuplé de quelques gens discutant entre eux. Dago trouvait que ça sentait bizarre et pas bon pour son museau. Richard passa une main dans ses mèches blondes, levant un peu les yeux au ciel avant d'entreprendre de gravir les marches menant aux gradins. Pas mal de gens y étaient installés, et le blond chercha un moment une place qui le convenait. Pas trop bas, ni trop haut, il peut enfin se concentrer sur le spectacle se déroulant en bas. Un drôle de spectacle, ma foi.

Un jeune homme aux cheveux bruns en bataille combattait avec véhémence plusieurs guerriers l'entourant, et non pas grâce à une arme, mais grâce à sa magie. Pendant ce temps, Dagobert reniflait les gens qui étaient assis à côté de son maître. Richard lui ordonna de rester tranquille avant de se reconcentrer sur le sable. Les pas des compétiteurs soulevaient de la poussière, ce qui semblait le déranger nullement. Notre envoyé spécial Akachi aperçut soudain, plus loin, plusieurs hommes à moitié couchés par terre, et soignés par des guérisseurs. D'aussi loin, il ne pouvait pas voir de quoi il était blessé, mais cela lui fit froncer les sourcils. Le règlement de l'Arène était clair, on ne devait pas tuer, blesser, mutiler son adversaire, on gagnait le combat en le menaçant et en le désarmant.

Une gerbe de flamme jaillit du brun. Il était habillé de rouge, et ses habits devaient être protégés contre le feu parce que le gars était une torche vivante. L'intérêt de Richard était piqué au vif. Maintenant, il se disait que la reine sorcière avait bien fait de l'envoyer ici, il venait de tomber sur un superbe spécimen. Ce serait un parfait guerrier pour Akachi, ah ça oui. Il en fut convaincu quand le mage de feu envoya pleurer dans les jupons de leurs mères ses concurrents, et attendait de nouveaux défis, mais apparemment, plus personne ne voulait le frotter à lui. Ca devait pas plaire, parce qu'il restait embrasé, et on dut lui balancer un seau d'eau à la figure pour qu'il se calme.

Cette puissance magique était une source de victoire infinie. Il fallait absolument qu'il en parle à Akachi, elle serait ravie. Mais elle le serait encore plus s'il ramenait de lui-même le gars au palais pour qu'elle l’enrôle. Sans plus attendre, il siffla son chien et redescendit rapidement les escaliers, pour se rendre dans les vestiaires, situés au sous-sol du bâtiment, espérant y croiser ce fantastique mage. Ce dont il ne se doutait pas, c'est que là-haut, un seau d'eau n'avait pas suffi à la cible de Richard, et son envie de tout cramer avait recommencé.

[HS : Voilà, tu me dis si ça te va, j'espère que Fëa est assez défoncé pour toi, tu m'dis si faut changer des trucs, bien sûr, et sinon, bonne chance. :')]

Emi Burton


Dernière édition par Richard Eloi le Dim 19 Avr - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 10/03/2015
Localisation : Si tu vois un incendie, j'chuis pas loin.

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : L'inimitable Bob Lennon.
En couple ou célib ? : Mnemo, il est con mais il est beau. Et il est génial. Et il est super sympa. Et-- *liste sans fin*
Pyrobarbare
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Sam 11 Avr - 9:12




D.R.U.G.S.


Regarde le. Il danse tout seul dans la rue éclairée par les lanternes. Il danse seul au milieu des autres passants qui l'observent d'un œil méfiant, comme si il pouvait les attaquer d'un moment à un autre. Mais ce n'est pas vrai. Il ne fait que danser, s'agitant joyeusement au milieu de l'avenue, ses bottines à lacets claquant contre les pavés poussiéreux, et les pans de son manteau écarlate voletant autour de sa silhouette fine. Tu souris, à quelques mètres de lui. Lui, il danse et toi tu t'es arrêté de bouger pour le regarder faire. Vous vous êtes rencontrés quelques jours auparavant, alors qu'il venait de s'allier avec ton gang, ton groupe d'orphelins qui faisaient tout pour survivre. Lui il était à part, il était différent : il était puissant. À première vue, cela ne se remarque pas. Qui penserait que ce nabot, squelettique et pâle comme la mort, serait un mage aussi performant ? Personne, et pourtant, il était la preuve que les apparences sont souvent trompeuses. Il éclate d'un rire qui résonne dans toute la ruelle, qui fait se retourner les autres gens, ceux qui ne sourient pas assez, qui marchent d'un pas pressé et qui sont beaucoup trop sérieux. Et lui il rit, il continue de danser et de te sourire et toi, tu restes immobile devant lui, ne le quittant pas des yeux. C'est que tu l'as déjà vu à l’œuvre. Tu l'as déjà vu aller tuer pour ses clients, tu l'as déjà vu en mission. Tu as vu l'air sérieux qu'il arborait alors qu'il se rapprochait de sa cible, tu as vu son visage marqué par la concentration quand il poursuivait sa victime qui tentait de s'échapper, tu as très bien vu la lueur de folie dans ses yeux lorsqu'il enflammait tout autour de lui et tu as aussi vu à quel point il était impassible devant le cadavre calciné de sa victime. Comment a-t-il acquis un tel niveau ? Comment fait-il pour rester aussi professionnel ? Et comment faisait-il pour ne pas être hanté par tous ses morts ? Comment faisait-il pour éviter de sombrer dans la folie ? Tu te savais incapable de faire de même. Au fond de toi, si tu admirais Fëanor, tu le détestais aussi. Très fort.

« Eh, Fëa ? T'as déjà fumé du mana ? »

Tu avais hâte de voir une telle puissance magique sous l'emprise d'une trop haute consommation de mana. Ça promettait.

[ . . . ]
Le soleil tapait fort sur le sol de l'arène de combat. Fëanor, quant à lui, se tenait debout au centre de la zone de combat, enflammé de la tête aux pieds. Il riait sans trop savoir pourquoi, observant ses adversaires qui hésitaient à l'affronter. Il était arrivé depuis une heure à la zone de combat, ayant une forte envie d'évacuer ses pulsions pyromanes. Pour tout vous dire, il était complètement défoncé. Entre les hallucinations et le boost monstrueux de ses capacités magiques, le tout additionné avec son caractère encore plus hystérique que d'habitude, la population de Loitaceila avait du souci à se faire. Quand il était arrivé à l'arène et qu'il avait dit qu'il prenait tous les participants en duel, on s'était moqué de lui. Comment un gamin, un gringalet pareil pourrait tenir le coup face à une bonne quarantaine d'adversaires plus robustes les uns que les autres ? Eh bien actuellement il avait gravement brûlé une dizaine d'entre eux, une autre dizaine d'hommes avait décidé de déclarer forfait, et l'autre vingtaine de combattants se tenait de l'autre côté de l'arène, n'osant pas s'approcher avec le brun qui les maintenait en respect avec une épée couverte de flammes qui faisait la même taille que son possesseur. Littéralement. Ah il faisait le fier Fëanor... Il avait rameuté beaucoup de monde dans les gradins, tout le monde observait le petit prodige de la magie qui se tenait au centre de l'arène, dignement.

« ALORS LES GONZESSES !? Hurla-t-il à ses adversaires, ON A PEUR MAINTENANT ? »

Quelques concernés réagirent, n'appréciant visiblement pas le manque de respect dont faisait preuve leur cadet, mais visiblement celui-ci s'en tamponnait, du respect. Il ria de plus belle, faisant faire des ronds à son arme paresseusement. Il posa une poing sur sa hanche, attendant les autres concurrents avec impatience, sifflotant doucement juste pour se moquer d'eux. Finalement trois d'entre eux se décidèrent à l'attaquer, en même temps. Ce n'était certainement pas ça qui allait lui faire peur. Il sourit, évitant la charge du premier agilement pour lui envoyer une gerbe de flammes dans le dos. Son ennemi s'écroula, lâchant un râle de douleur, mais le jeune homme n'eut pas le temps de profiter de sa victoire qu'il dut appréhender un deuxième adversaire qui essayait de le frapper avec son épée. C'est vrai que le règlement de l'arène stipulait normalement qu'il ne fallait pas blesser (ou tuer) ses ennemis, mais le mage de feu n'arrêtait pas de cramer ses adversaires depuis tout à l'heure alors ceux ci faisaient pareil. Du moins, essayaient. De toutes façons il y avait de nombreux guérisseurs qui s'occupaient de soigner ceux trop gravement brûlés. Enfin bref. Avisant la lame en métal qui s'abattait sur lui, Fëanor tendit les mains, comptant sur ses réflexes pour bloquer l'épée. C'est ce qu'il réussit à faire. Il testait complètement ses nouvelles techniques légèrement foireuses mais cela le faisait rire alors il essayait d'innover. Il prit donc le temps de bloquer la lame avec son avant-bras qui était heureusement protégé avec une plaque de métal ignifugée (il avait d'abord eu l'idée de le faire avec ses mains mais il avait réalisé ensuite que ce n'était pas une bonne idée), pour ensuite coincer la lame entre les paumes de ses mains et enflammer ses dernières. C'est avec une immense satisfaction qu'il regarda l'épée fondre petit à petit. Il adorait cette nouvelle technique. Il pouvait faire fondre n'importe quoi, c'était trop drôle. Il ricana alors que son ennemi reculait en quelques bonds. Fëanor observa pensivement la poussière se soulever, avant de sentir derrière lui un souffle de vent suspect, puisque le vent ne soufflait pas du tout aujourd'hui. Il se retourna précipitamment, tout ses sens en alerte, et évita de justesse la hache de son troisième adversaire. Ce qu'il avait du mal à se mouvoir, à cause du mana... Il réussit tout de même à ne pas se faire trancher un bras et avisa son poing gauche enflammé, avant de l'envoyer dans la joue de celui qui avait quand même failli lui faire très mal. Il regarda son adversaire grogner de douleur, et lui envoya un jet de flammes dans le ventre, histoire de profiter de la puissance du jet pour l'envoyer assez loin de lui. Il avait eu un moment de faiblesse, et Fëanor n'aimait pas ça. Mais, apparemment plus personne ne souhaitait se confronter à lui, puisque les concurrents qui s'étaient rassemblés dans un coin de l'arène avaient disparu. Bon, d'accord. Il prit donc la peine de s'exclamer, s'adressant à tous ceux présents dans l'arène :

« EH BEN ALORS ? PLUS PERSONNE N'A ASSEZ DE C******S POUR M'AFFRONTER ?! VOUS VOULEZ QUE JE CRAME L'ARENE ENTIERE OU BIEN !? »

Pour toute réponse, il se reçut un magnifique seau d'eau glaciale dessus. Okay, ça il n'avait pas du tout apprécié. Il hurla de rage, entreprenant de lancer un regard noir à son public avant de se diriger vers les vestiaires, ses envies de tout brûler ne s'étant pas encore estompées. Génial. Une fois au vestiaires, il entreprit de se sécher, car il ne pouvait pas vraiment utiliser sa magie quand il était trempé. Cela, d'ailleurs, le rendait plus ou moins furibond. Il finissait de redevenir sec lorsqu'un homme, assez grand et robuste, aux cheveux blonds et yeux bleus, vint le voir. Fëanor se tourna vers lui, l'air sûrement hystérique. L'inconnu n'eut même pas le temps de lui adresser la parole que Fëanor s'écriait :

« Bon, quoi ? Si c'est pour me dire que je me bats bien, c'est bon, ÇA VA, j'ai pas besoin de TOI POUR LE SAVOIR ! MERCI BIEN, CONNARD. Si tu trouves que je me bats bien, t'avais qu'à venir m'affronter, HEIN ! Mais évidemment personne n'est venu quand j'ai réclamé des adversaires, ÉVIDEMMENT ! Et pourquoi ? PARCE QUE LES HABITANTS DE LOITACEILA SONT TOUS DES TAPETTES, VOILÀ ! La bande de cons, quoi ! Nan mais j'hallucine, on veut pas venir me combattre en face et ensuite on vient me voir dans les vestiaires en mode lèche-burnes ? J'HALLUCINE. Bon, maintenant que t'es là je vais t'écouter, TU VEUX QUOI !? »

Effectivement, le mana et les combats le rendaient un brin nerveux.
© GASMASK




Dernière édition par Fëanor P. Lennon le Dim 19 Avr - 3:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 01/09/2014
Localisation : Dans l'ombre, derrière toi ♥

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Galaco • Vocaloid
En couple ou célib ? : *soupire, coulant un regard amoureux/triste vers Ad'*
Voleuse & fille de feu
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Jeu 16 Avr - 23:39

Le bâtiment circulaire commençait à se découper au-dessus des toits des ruelles attenantes. Rita soupira de tout son être, entraînée malgré elle par un … Collègue ? Camarade ? Plus ou moins ami ? Nettement plus enthousiaste qu'elle-même à l'idée de se rendre à l'arène de la capitale. A vrai dire, l'idée venait de lui, et non de la demoiselle. Un endroit où la reine s'amusait parfois à organiser des exécutions publiques, ça ne l'attirait bizarrement pas des masses, voyez-vous.

Allez, viens, ça va être fun !

Tu parles … bougonna Rita.


Comme quoi, les Ailes Pourpres accueillaient des personnes aux mentalités très … Disparates. Enfin. La vampire en était presque à s'approcher de l'imposante bâtisse à reculons, mais la prise de Robin -son très sympathique ''kidnappeur''- sur son bras ne la laissa pas se défiler. Et chiottes. Bon, au moins, il ne l'obligea pas à participer aux joutes, aussi s'en alla-t-elle observer son gentil boulet entrer gaillardement dans le complexe et fouler le sol passablement poussiéreux sur lequel déambulait divers individus de races et d'origines variées mais dont l'objectif commun était de pouvoir se défouler/passer ses nerfs en toute impunité sur un autre pauvre type. Ou alors, pour certains énergumènes du genre de Robin, juste de ''se marrer un bon coup''. La jeune femme prit place en espérant que la 'blague' du mage de vent prendrait vite fin.

Et elle prit rapidement fin, mais de manière peu réjouissante. En effet, un drôle de bonhomme, à peu près de leur âge, était entré dans l'arène peu après l'arrivée des deux compères en gueulant qu'il voulait affronter … Tout le monde, en fait. Et si beaucoup acceptèrent en ricanant d'avance, croyant voir une victoire offerte se présenter à eux, ils déchantèrent rapidement face à la puissance magique de leur frêle adversaire, qui envoya tout un groupe d'attaquant au tapis en s'asseyant sur les règles de l'arène interdisant de blesser les opposants, refroidissant les autres.

ALORS LES GONZESSES !? beugla le tout jeune mage de feu, ON A PEUR MAINTENANT ?
Le noiraud qu'elle accompagnait prit la mouche à l'insulte, et malgré le cri des yeux de Rita – vous savez, quand un regard peut faire passer tout un message du genre ''PAR PITIE FAIS PAS LE C*N IL VA TE CRAMER LE C*L '' ?-, elle assista à la charge aveugle de Robin et deux autres illustres inconnus, qui se firent allumer la tronche en toute beauté. Un brin inquiète -et surtout ne voulant pas s'encombrer d'un cadavre imprévu au QG en la personne du steak humain-, elle alla pester auprès d'une des personnes censées encadrer les joutes, tempêtant que les combats devaient normalement exclure tout dommage physique et lui soufflant à l'oreille un moyen de calmer les ardeurs de la furie en rouge, qui exhortait les adversaires encore debout ainsi que tous les spectateurs à venir se frotter à lui.

Elle aperçu avec satisfaction le ''surveillant'' ( je sais pas comment l'appeler autrement ) balancer un seau d'eau sur la torche humaine du coin de l’œil, se pressant au côté du mage de vent pour s'assurer qu'il était encore vivant.

T'es maso de t'être fait tatouer tout le dos, la vache ...

Bon, vivant et pas excessivement amoché, donc. Bien. Rita balaya la remarque puérile d'un claquement de langue, refusant de se lancer dans une comparaison entre des piqûres minutieuses et une brûlure au deuxième degré barbare, et enfonça dans les mains du blessé un petit sort de téléportation pour qu'il puisse traîner sa carcasse comme un grand en lieu sûr. Le sort aurait pu lui être utile en mission, mais elle se débrouillerait pour en récupérer un autre ultérieurement … Dans l'immédiat, elle voulait trouver le mage pyromane. Pour lui hurler dessus ou essayer de le rallier à la cause des rebelles, elle ne savait pas vraiment, elle aviserait.

Elle allait se plaindre intérieurement du nombre de vestiaires à disposition des combattants, quand une douce voix lui permit de se diriger vers son propriétaire.

─   Bon, quoi ? Si c'est pour me dire que je me bats bien, c'est bon, ÇA VA, j'ai pas besoin de TOI POUR LE SAVOIR ! MERCI BIEN, CONNARD. Si tu trouves que je me bats bien, t'avais qu'à venir m'affronter, HEIN ! Mais évidemment personne n'est venu quand j'ai réclamé des adversaires, ÉVIDEMMENT ! Et pourquoi ? PARCE QUE LES HABITANTS DE LOITACEILA SONT TOUS DES TAPETTES, VOILÀ ! La bande de cons, quoi ! Nan mais j'hallucine, on veut pas venir me combattre en face et ensuite on vient me voir dans les vestiaires en mode lèche-burnes ? J'HALLUCINE. Bon, maintenant que t'es là je vais t'écouter, TU VEUX QUOI !?

Le temps de cette poétique tirade, Rita était parvenue juste derrière le blond victime de cet abus verbal. Blond qui lui semblait avoir déjà aperçu au côté de la femme-tyran, mais le fou rire qui la prit l'encouragea à mettre ce détail de côté. S'esclaffant toujours et ayant attiré l'attention des deux autres individus, la vampire applaudit.

Bon, perso, je viens en paix … En fait, j'voulais juste traverser sans m'arrêter, mentit-elle sans sourciller, mais j'ai eu envie de profiter de ce clash jusqu'au bout. Donc voilà, j'vais me poser dans un coin et laisser traîner mes oreilles un peu,  ça vous gêne pas les garçons ? leur sourit-elle d'un air charmeur.

Et c'est sur ce sourire qu'elle se glissa dans le vestiaire, avisant un tabouret libre avant de grimacer, son bras ayant frôlé le tissu de la veste encore partiellement trempée du fou furieux. Fou furieux dont les pupilles semblaient étrangement dilatées. Rita se demanda brièvement si elle n'avait pas à faire à un autre vampire en manque de sang, avant d'aussitôt rejeter l'option. Il aurait égorgé vif ses adversaires si ç'avait été le cas …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Ven 17 Avr - 11:39

Smoke mana everyday
Fëanor & Richard




Richard retrouva donc un mage de feu trempé. C'était plutôt pathétique, un mage de feu. Et hystérique. Celui-ci, le seau n'avait pas éteint ses ardeurs, malheureusement, et le blond s'en prie plein la figure avant même d'avoir ouvert la bouche : 

Bon, quoi ? Si c'est pour me dire que je me bats bien, c'est bon, ÇA VA, j'ai pas besoin de TOI POUR LE SAVOIR ! MERCI BIEN, CONNARD. Si tu trouves que je me bats bien, t'avais qu'à venir m'affronter, HEIN ! Mais évidemment personne n'est venu quand j'ai réclamé des adversaires, ÉVIDEMMENT ! Et pourquoi ? PARCE QUE LES HABITANTS DE LOITACEILA SONT TOUS DES TAPETTES, VOILÀ ! La bande de cons, quoi ! Nan mais j'hallucine, on veut pas venir me combattre en face et ensuite on vient me voir dans les vestiaires en mode lèche-burnes ? J'HALLUCINE. Bon, maintenant que t'es là je vais t'écouter, TU VEUX QUOI !?

Il hallucinait mentalement, lui, devant l'hystérie du bonhomme (même lui dans sa fureur la plus intense il aurait pas eu assez de souffle pour balancer tout ça d'un coup), quand il entendit un rire étouffé derrière. Il se retourna : une nana aux cheveux colorés était en train d'applaudir, ayant l'air d'apprécier le spectacle. C'était qui, elle, qu'est-ce qu'elle venait foutre là ? L'idée qu'elle veuille, comme lui, rallier le mage à leur cause l'effleura. Bon, il ne connaissait pas la madame, alors il lui accordait le bénéfice du doute. 

Bon, perso, je viens en paix … En fait, j'voulais juste traverser sans m'arrêter, mais j'ai eu envie de profiter de ce clash jusqu'au bout. Donc voilà, j'vais me poser dans un coin et laisser traîner mes oreilles un peu,  ça vous gêne pas les garçons ?


Ce clash ? Il la regarda poser ses fesses sur un tabouret et se retint de l'envoyer bouler. Il était pratiquement sûr qu'elle n'était pas du côté d'Akachi, mais si c'était le cas et qu'il ratait sa mission improvisée, la reine pouvait l'envoyer faire un tour du côté de Senan -il avait horreur de ce pays depuis quelques... aventures qui avaient mal tournées- pour quelques mois, et ça, juste NON. Il se contenta donc d'un regard méfiant à son égard, coup d'oeil qu'il jugeait plutôt en droit de faire puisque la demoiselle, qui avait l'air d'avoir un peu de la vingtaine, et surtout des cheveux teintés de rouge, bleu, et marron. Ou jaune. Il savait pas trop. Bref. Et elle portait une tenue noire plutôt sympathique. Un peu moins couverte aurait été cool, genre avec un peu plus de dégradé mais-- BREF. Il devait se concentrer sur l'autre taré de feu follet. Qui était lui habillé d'une grande cape rouge. Bon, au moins on savait son rang, c'était plutôt classe. Comme ses yeux. Tiens, il avait pas remarqué, ça. Il avait pourtant pas l'air d'un vampire... Bon, quoi qu'il en était, c'était pas grave.


Donc, j'allais dire... Toi, te battre bien ? J'admets que t'as une puissance phénoménale, mais massacrer ses adversaires juste avec ça, c'est pas ce que j'appelle bien se battre. Un bon combattant sait mettre ses opposants au carreau sans dommage. Toi, t'as envoyé en l'air les règles de l'Arène, alors fallait pas espérer que j'vienne relever ton défi. M'enfin, je sais que sur un champs de bataille, on s'en branle, des règles, alors t'es plutôt intéressant. 


Bon, il était quasiment en train de lui faire la morale, mais il voulait juste le calmer un peu. Il lui tendit la main tandis qu'il se présentait simplement sous son nom humain, sans mentionner son rang dans la capitale. Maintenant, il devait abattre sa carte, et prier pour qu'il accepte, et que l'autre fille, là, fasse pas de difficultés.

Je venais te proposer un job plutôt bien payé... Mon patron est vachement intéressé par tes capacités, et si t'accepte le boulot, t'auras des tas de gens à cramer, et ça en toute légalité. Tu seras nourri, logé, blanchi, et t'auras tous les combats que tu veux. Ça te tente ? 


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 10/03/2015
Localisation : Si tu vois un incendie, j'chuis pas loin.

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : L'inimitable Bob Lennon.
En couple ou célib ? : Mnemo, il est con mais il est beau. Et il est génial. Et il est super sympa. Et-- *liste sans fin*
Pyrobarbare
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Dim 19 Avr - 4:24

(bon là je sens que mes réponses vont devenir un tantinet plus vulgaires, au pire si ça devient trop clashant je censurerais comme ça les âmes sensibles qui passeront par là n'y verront que pouic.)





D.R.U.G.S.


Oh putain. Oh putain. Y en avait pleins qui arrivaient. D'abord l'asperge blond, et ensuite une nana. Fëanor ne connaissait ni l'un, ni l'autre, mais il savait que ces deux nouveaux venus allaient lui casser les pieds. Génial, vraiment. En plus il avait envie de tout cramer sur son passage, là, c'était genre une envie pressante, comme lorsqu'on a envie de pisser alors qu'on est bloqué dehors parce qu'on a oublié ses clés, ou comme une envie de mordre le bras du mec qui nous parle depuis une heure sans qu'on ne puisse passer outre son histoire inintéressante à propos d'une voisine conne. Nan, ça sent pas DU TOUT le vécu. Bref. La gonzesse aux cheveux multicolores (au départ Fëanor s'était demandé si c'était pas l'effet du mana qui lui faisait voir les cheveux de la demoiselle de mille couleurs différentes, mais en fait non, c'était vraiment ses vrais cheveux. Y a des gens qui font des choix bizarres dans la vie.) s'était mise à rire telle une dinde pas fraîche et à applaudir genre ce que Fëa venait de dire était drôle. Ben non c'était pas drôle, elle était teubée ou quoi ? Elle prit la parole soudainement, même si c'était plutôt attendu qu'elle prenne la parole parce que bon faut quand même qu'elle explique pourquoi elle s'incruste comme ça dans la conversation enfin bref on s'en fout elle prit donc la parole :

« Bon, perso, je viens en paix … En fait, j'voulais juste traverser sans m'arrêter, mais j'ai eu envie de profiter de ce clash jusqu'au bout. Donc voilà, j'vais me poser dans un coin et laisser traîner mes oreilles un peu,  ça vous gêne pas les garçons ?  »

Hein ? Quoi ? Comment ? Fëanor n'avait juste rien assimilé à ce qu'elle venait de dire. Il s'était contenté de la regarder bêtement pendant tout son petit speech sans même l'écouter. Bon bah c'est pas grave hein. Il devait sûrement avoir l'air d'un drogué. Ah bah ça tombait bien, il était drogué ! Quelle étrange coïncidence ! Il aperçut son reflet dans une glace posée sur le mur d'en face. Oh putain la tronche ! C'est à ça qu'il ressemblait là ? Les cheveux en bordel total, les yeux rougis et explosés, limite la bave aux lèvres, le regard fou, les vêtements en vrac et tâchés de sang... Ah il était fier le Lennon. Là il avait l'air plutôt misérable. Drogué, en fait. Et ça tombait bien, il était--... Oui, bon, je sais. Coïncidence, toussa. Bref. L'asperge blonde se mit à parler, et à Fëanor en plus. Ah, génial. Il avait hâte de savoir ce que ce gars, qui était sûrement une mine de sagesse et d'intelligence (c'est du sarcasme, hein. Faut quand même être con pour aller parler à un type qui a brûlé trente personnes y a cinq minutes, qui est hystérique, drogué et puissant.) allait lui dire.

« Donc, j'allais dire... Toi, te battre bien ? J'admets que t'as une puissance phénoménale, mais massacrer ses adversaires juste avec ça, c'est pas ce que j'appelle bien se battre. Un bon combattant sait mettre ses opposants au carreau sans dommage. Toi, t'as envoyé en l'air les règles de l'Arène, alors fallait pas espérer que j'vienne relever ton défi. M'enfin, je sais que sur un champs de bataille, on s'en branle, des règles, alors t'es plutôt intéressant. »

Nyéhein ? Bon dieu, il arrivait pas à enregistrer ce que lui disaient les gens... Bon, récapitulons. Reprenons doucement. "J'admets que t'as une puissance phénoménale, mais massacrer ses adversaires juste avec ça, c'est pas ce que j'appelle bien se battre. " . . . Ben ta gueule, va faire la même chose et on en reparle après au pire. "Un bon combattant sait mettre ses opposants au carreau sans dommage." Ben c'est sûr qu'à la guerre on va épargner ses ennemis, ça serait trop bête qu'ils puissent pas revenir après tiens ! "Toi, t'as envoyé en l'air les règles de l'Arène, alors fallait pas espérer que j'vienne relever ton défi." C'est quoi cette excuse pour pas aller se battre ? "M'enfin, je sais que sur un champs de bataille, on s'en branle, des règles, alors t'es plutôt intéressant." AH, VOILÀ. IL AVAIT RAISON.
Fëanor esquissa un geste de recul quand le gars lui tendit la main en se présentant, examinant la main de ses yeux carmins comme si il découvrait le concept de 'mains' pour la première fois. Enfin, il pouvait voir à toutes les coupures que ce mec était déjà allé sur un champ de bataille, enfin, il ne restait pas dans un bureau toute la journée à se toucher quoi. Tant mieux, car le mage de feu détestait les gars de ce genre. Et voilà qu'il se remettait à parler. C'est pas vrai, c'est quoi ce moulin à paroles là ?

« Je venais te proposer un job plutôt bien payé... Mon patron est vachement intéressé par tes capacités, et si t'accepte le boulot, t'auras des tas de gens à cramer, et ça en toute légalité. Tu seras nourri, logé, blanchi, et t'auras tous les combats que tu veux. Ça te tente ? »

Waaah l'autre. Fëa avait raison quand il disait que le blond venait en mode lèche-burnes. Il venait lui proposer un travail. Un motherfucking travail. Pour de vrai. Le premier job de sa vie quoi. ... Hormis tueur à gage et tout ce genre de trucs. Son premier job légal. Si c'est pas génial ça. Enfin. Vous savez, j'arrête pas de le répéter, Fëanor là il est shooté jusqu'aux bouts des ongles. Donc niveau rationalité, il est pas très actif. Vous allez vous en rendre compte tout de suite, car, normalement, un Fëanor en pleine forme aurait répondu à l'inconnu qu'il acceptait, sans hésiter. En même temps, il avait actuellement grandement besoin d'argent, il était dans l'excrément jusqu'au cou, devait voler pour se nourrir, ect. Mais, Fëanor drogué n'était pas de cet avis. C'est donc avec une prestance et une hystérie remarquables qu'il répondit tout naturellement :

« Wah le suceur d'ego, il me propose un job ! »

Alors déjà, ça commençait bien. Mais en plus, Fëanor n'avait pas, mais alors pas DU TOUT, fini.

« Nan mais l'autre, pour qui il s'prend ! »

Un sursaut de vitalité fit se secouer le mage de feu, qui ne fit que s'empêtrer dans sa cape et la rejeta à grands coups de bras, s'énervant tout seul sur un bout de tissu. Mais bref. Bon. Pour l'instant, vous riez devant l'attitude pathétiquement ridicule de notre ami. Et maintenant, soit vous vous trouvez dans la même pièce que lui, et vous allez avoir peur, soit vous êtes devant votre écran et ce qui va suivre va vous faire bien rire.

« Bon alors blondasse (sachez qu'il ne s'adressait pas à la jeune femme qui s'était incrustée plus tôt, mais bien à son interlocuteur), tu crois que je vais répondre quoi !? Que j'accepte ?! Genre (alors pourquoi il s'est mis à imiter une voix de fille, je ne sais pas) "oh la la y a un mec qui me propose de m'entretenir si je défonce leur race à des gens bien sûr que je vais répondre oui parce que je suis trop conne ! (bonjour la voix suraiguë) Whouuuuu !" ... Ré-flé-chis-deux-mi-nu-tes ! . . . J'TE L'DONNE EN MILLE ! OU EN 250 SI ÇA PEUT TE FAIRE PLAISIR : C'EST NAN, BARBIE ! Parce que tu sais quoi ?! Bah moi, je travaille déjà tous les jours de la semaine, connard ! Et y en a combien, de jours de la semaine ?! 1 2 3 4 5 6 7, ça te fait sept, que tu multiplies par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplies par quatre, ça te fait cinquante six, que tu divises par deux, ça te fait vingt huit, que tu divises par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplie par trois, ça te fait quarante deux, que tu redivises par trois, et ça te REFAIT QUATORZE, QUE TU DIVISES PAR DEUX ET ÇA TE FAIT SEPT ! MOI, JE TRAVAILLE, TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE MONSIEUR ! ET DU COUP JE GAGNE DE L'ARGENT ! (c'est à ce moment précis que Fëanor dût se casser une corde vocale parce que sa voix partit totalement en rien, on dirait un adolescent en pleine crise de puberté, c'est marrant) FERME. TA. GUEULE, QU'EST CE QUE TU VAS FAIRE ?! »

Personne n'a aucune idée de comment il a réussi à dire tout ça sans s'arrêter, lui non plus, c'est pas grave, maintenant il est en train de péter un câble intérieurement et extérieurement et ça va être compliqué de l'empêcher de ne pas tout exploser.  
© GASMASK

(bon en fait Fëa est carrément vulgaire, même la narratrice l'est, donc du coup si je censurais tout y aurait eu plus de * que de texte, donc bon au pire on met un avertissement dans le titre ? Et j'espère que ça vous plaît, n'hésitez pas à me demander de changer si quelque chose vous incommode o/)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 01/09/2014
Localisation : Dans l'ombre, derrière toi ♥

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Galaco • Vocaloid
En couple ou célib ? : *soupire, coulant un regard amoureux/triste vers Ad'*
Voleuse & fille de feu
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Mer 12 Aoû - 23:13




W.R.A.T.H.


Si Rita était mi-amusée, mi-blasée de l’attention que lui portait le blond, ou du moins à son apparence physique, elle était passablement agacée du regard de mouton hébété du fou furieux en rouge. Sérieusement, il n’avait pas de cerveau ou b-- oooh, ça par exemple. Ses yeux étaient complètement défoncés. Rita avait déjà vu ça quelque part, mais où …

La vampire écouta d’une oreille distraite le blond, tiquant lorsqu’il parla de « champ de bataille». Ne le reconnaissant pas comme un camarade des Ailes Pourpres – et elle-même étant au moins connue de par sa chevelure colorée au sein du QG de Loitaceila -, il ne restait que peu de solutions quant à son allégeance … Ses doutes n’en revenaient que de plus belle. Elle allait devoir procéder avec tact et finesse si elle voulait recruter l’autre taré au nez et à la barbe d’un laquais de la souveraine. Éventuellement.

Puis il parla d’un job. Rita du prendre sur elle pour ne pas ricaner au « mon patron», soupçonnant de plus en plus la reine-tyran d’être derrière la manœuvre, et ce fut à ce moment précis qu’elle se souvint où elle avait vu des personnes avec un regard similaire à celui du mage de feu.
Dans un bar mal famé. A l’une des tables.
Des hommes qui riaient et se disputaient beaucoup trop bruyamment. Elle avait voulu en mordre un, mais s’était ravisée à la dernière minute. Car elle avait remarqué juste à temps les traces de mana sur leur table.
Les drogues, même magiques, très peu pour elle. Surtout les drogues magiques en fait.
Bref. Le pyromage était défoncé.
Uh-ho.
Ça allait être spectaculaire. Les gens drogués sont rarement les plus aptes à la réflexion.

- Wah le suceur d'ego, il me propose un job !  Nan mais l'autre, pour qui il s'prend !  Bon alors blondasse, tu crois que je vais répondre quoi !? Que j'accepte ?! Genre "oh la la y a un mec qui me propose de m'entretenir si je défonce leur race à des gens bien sûr que je vais répondre oui parce que je suis trop conne !  Whouuuuu !" ... Ré-flé-chis-deux-mi-nu-tes ! . . . J'TE L'DONNE EN MILLE ! OU EN 250 SI ÇA PEUT TE FAIRE PLAISIR : C'EST NAN, BARBIE ! Parce que tu sais quoi ?! Bah moi, je travaille déjà tous les jours de la semaine, connard ! Et y en a combien, de jours de la semaine ?! 1 2 3 4 5 6 7, ça te fait sept, que tu multiplies par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplies par quatre, ça te fait cinquante six, que tu divises par deux, ça te fait vingt huit, que tu divises par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplie par trois, ça te fait quarante deux, que tu redivises par trois, et ça te REFAIT QUATORZE, QUE TU DIVISES PAR DEUX ET ÇA TE FAIT SEPT ! MOI, JE TRAVAILLE, TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE MONSIEUR ! ET DU COUP JE GAGNE DE L'ARGENT ! FERME. TA. GUEULE, QU'EST CE QUE TU VAS FAIRE ?!

Le blond allait peut-être être désarçonné par ce pétage de plomb –et l’énervement après la cape flamboyante encore trempée – du gringalet. Peut-être.

Pour la part de Rita, elle se foutait de la réaction du blond : le coup de poing était parti tout seul à la rencontre de la joue du shooté. Le calme légendaire des vampires ? Une légende, justement. Ou alors ses origines natives primaient, mais alors de loin.

- CA VA, ON EST CONTENT MONSIEUR « J’VEUX MONTRER QUE C’EST MOI QUI AIT LES PLUS GROSSES ?! »
Le temps d’un battement de cil, et elle avait empoigné le brun par le col de son vêtement rouge pour le plaquer avec force contre le mur. Etant un brin plus grande que le brun, la jeune-et-pas-si-fragile jeune femme put, pour son plus grand plaisir, le faire légèrement décoller de terre, de sorte qu’il ne touchait plus que par la pointe des pieds. Et elle allait lui montrer par a + b qu’elle aussi avait des … attributs utiles.


- PARCE QUE MOI PAS ! D’une, vos remarques et manières misogynes me courent sur les ovaires, hein, surtout que je pense avoir légèrement plus de matière grise que vous, eh oui monsieur. ENSUITE, pas la peine de vouloir se faire passer pour intelligent quand on ne l’est pas, et ENCORE MOINS la peine de monter sur vos grands chevaux en mode « euh  oui mais moi je bosse tout le temps blabla je suis occupé et important blabla et puis c’est moi le meilleur » CA VA CINQ MINUTES D’ACCORD ?!? Et ENFIN tu pourrais au moins faire SEMBLANT  de te dire « ah merde, j’ai LEGEREMENT bousillé des gens » DONT UN POTE A MOI D’ACCORD ?! »

De toute façon, même si il n’était pas d’accord, il n’avait pas intérêt à moufter parce que d’une tu lui en remettrais une, et de deux tu serais capable de te servir de lui comme en-cas par vengeance. Non mais.
Et, tout à ton coup de sang semblable au sien en moins tordu, tu ne faisais même pas attention à la vapeur d’eau qui se glissait entre des doigts, ni au tissu … étrangement chaud dans tes paumes. Comme si la cape était sous un fer à repasser, en fait.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   Mar 18 Aoû - 17:30

Smoke mana everyday
Fëanor & Richard



Un beau silence accueillit ses paroles. Sur le coup, Richard pensa qu'il réfléchissait un peu à son offre, en espérant que la demoiselle là, derrière, n'allait pas faire de même. Et puis en fait non.

Wah le suceur d'ego, il me propose un job !  Nan mais l'autre, pour qui il s'prend !  Bon alors blondasse, tu crois que je vais répondre quoi !? Que j'accepte ?! Genre "oh la la y a un mec qui me propose de m'entretenir si je défonce leur race à des gens bien sûr que je vais répondre oui parce que je suis trop conne !  Whouuuuu !" ... Ré-flé-chis-deux-mi-nu-tes ! . . . J'TE L'DONNE EN MILLE ! OU EN 250 SI ÇA PEUT TE FAIRE PLAISIR : C'EST NAN, BARBIE ! Parce que tu sais quoi ?! Bah moi, je travaille déjà tous les jours de la semaine, connard ! Et y en a combien, de jours de la semaine ?! 1 2 3 4 5 6 7, ça te fait sept, que tu multiplies par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplies par quatre, ça te fait cinquante six, que tu divises par deux, ça te fait vingt huit, que tu divises par deux, ça te fait quatorze, que tu multiplie par trois, ça te fait quarante deux, que tu redivises par trois, et ça te REFAIT QUATORZE, QUE TU DIVISES PAR DEUX ET ÇA TE FAIT SEPT ! MOI, JE TRAVAILLE, TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE MONSIEUR ! ET DU COUP JE GAGNE DE L'ARGENT ! FERME. TA. GUEULE, QU'EST CE QUE TU VAS FAIRE ?!


Okay, dès les premières paroles, le blond lui avait jeté un regard étonné. En considérant que le gars venait de buter jenesais combien d'adversaires, on pouvait comprendre qu'il était tout aussi taré dans ses mots. Hm. Il se demanda finalement, au cours de la grande tirade du pyrobarbare, si c'était une bonne idée. Parce qu'il avait l'air assez... Dérangé. Il put enfin en placer une, quand...

CA VA, ON EST CONTENT MONSIEUR « J’VEUX MONTRER QUE C’EST MOI QUI AIT LES PLUS GROSSES ?!

Chez les fous. Il était tombé chez les fous. Dans sa tête, Dagobert se marrait. Son maître lui donna l'ordre de se taire, pendant qu'il regardait la jeune femme prendre rapidement le brun par le col et le plaquer contre le mur avec force. Oh, mais c'est qu'elle avait l'air sportive, la madame. Avec un beau cul. Ouais, mignonne, mais fallait faire gaffe quand même, vu comme elle étranglait le gars tout habillé de rouge.

PARCE QUE MOI PAS ! D’une, vos remarques et manières misogynes me courent sur les ovaires, hein, surtout que je pense avoir légèrement plus de matière grise que vous, eh oui monsieur. ENSUITE, pas la peine de vouloir se faire passer pour intelligent quand on ne l’est pas, et ENCORE MOINS la peine de monter sur vos grands chevaux en mode « euh  oui mais moi je bosse tout le temps blabla je suis occupé et important blabla et puis c’est moi le meilleur » CA VA CINQ MINUTES D’ACCORD ?!? Et ENFIN tu pourrais au moins faire SEMBLANT  de te dire « ah merde, j’ai LÉGÈREMENT bousillé des gens » DONT UN POTE A MOI D’ACCORD ?!  

Le grand blond resta un moment perplexe, sans réagir face à ce clash gratuit. Euh, qu'elle évite de lui bousiller le gars, là, comme elle dit, il voulait l'emmener vivant à la reine hein. Enfin certes, elle avait raison, donc il allait la laisser s'expliquer, puisqu'elle était là pour... Venger son pote supposait-il ? Il tira donc le tabouret sur lequel s'était posé la madame deux minutes plus tôt, et s'installa, le temps d'observer la scène, tranquille.

Allez-y, moi je regarde hein. Tant que vous commencez pas à vous crêper le chignon, moi ça me va hein. Juste pour rappel, l'arène, c'est les escaliers, là. Si jamais ça vous intéresse. 

Ouais, il les provoquait. Il préférait ne pas avoir à se lancer dans une baston dans un lieu si étroit, surtout si c'était pour payer la caution après.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everybody smokes mana | Fëanor & Rita (les gros mots sont de la partie, âmes sensibles s'abstenir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» secret of mana
» Tatsumiya Mana
» Tatsumiya Mana
» Mana Tatsumiya
» Présentation de Mana Tatsumiya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Pandora :: Ecriture :: Pandora :: Loitaceila :: Arène de combat-
Sauter vers: