Partagez | 
 

 Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Lun 17 Aoû - 22:47


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.

Des hommes. De partout. Pressés. Ils crient. Poussent des caisses. Chargent des bateaux. En vident d’autres. Tout ça dans un véritable ballet organisé. Cacophonie dans l’espace. Chorégraphie répétée et répétée mainte fois, chaque jour durant. Une odeur forte s’élève autour de nous. Je fronce le nez. Pas vraiment l’idéal pour mes sens surdéveloppés. Je descends donc de la voiture par laquelle je suis venu, tirés par deux grands chevaux gris pommelés. Le ponton est glissant, d’eau, de graisse de poissons. Je ne m’en importune pas et fait le tour de toutes les cargaisons qui y sont déposées. Le phare est allumé et tournois fièrement sur l’eau noire et la terre encore plongée dans ses songes nocturnes. Brûlant de son regard inquisiteur tout ce qui se trouve en-dessous de lui. Nous surplombant tous. Simples humains ou créatures surnaturelles figées dans le temps. Sentinelle droit et fier. Gardian du port. Protecteur des mers.  Je reste un instant à l’observer. C’est peut-être idiot. Un de mes conseillers, ne semble pas du même avis que moi, et finit par me donner un léger coup de coude pour me faire revenir sur Terre. Et c’est ce que je fais. Il m’indique quelle marchandise nous allons revendre. Pour quel secteur.  A quel prix. Je l’avoue je n’ai pas vraiment écouté. Voire même pratiquement pas en fait. Je signe, silencieusement. Je lui fais confiance. S’il se trompe, tant pis. Je n’aurais qu’à le tuer et en changer de toute façon. Tandis qu’il remonte dans le fiacre, je reste encore à me promener sur les pontons, les mains dans le dos. A profiter de cet air marin bénéfique et iodé que j’adore.

Un bruit. Je me redresse. Tend l’oreille. Des coups. Du sang qui gicle dans des feulements de colère et à la fois de douleur. Je sens mes crocs s’abaisser lentement, rien qu’à sentir l’odeur monter jusqu’à moi, par-dessus celle de la mer. Non … Pas encore lui. Je ne veux pas. Pas maintenant. Mes veines se mettent à bouillir. Mes pupilles rétrécissent et changent de couleurs. Le voilà. Le Gaspilleur est là. Encore une fois. Mes doigts pianotent d’envie. Mon corps se tend et se redresse, tandis que j’avance vers la source de tout ce bruit, imperceptible pour une oreille humaine évidemment. Deux personnes. Dans une ruelle. Ce qui me choque sur le moment, c’est la couleur des cheveux de l’un d’eux. Pas tant la violence gratuite. Pas tant ma passivité assumée. Non, cette couleur. Blonds. Comme les blés. Longs et fins. Maladroitement cachés sous un capuchon noir. Encore lui ? Le revoilà. Le soldat de la Reine. Mon compagnon d’infortune. Mon acolyte d’un soir. Celui que j’espérais revoir. Alors que j’avais fini par désespérer, il se tient là. Proche de moi. Dos à moi, certes, mais ici. J’aurais un cœur en parfait état de marche, il se serait mis à battre je suppose.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Lun 17 Aoû - 23:10

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞

Il avait passé la journée à glaner plus ou moins subtilement des informations au nom de la reine. Ce n'était pas la première fois qu'il le faisait, il avait l'habitude que la reine lui donne ce genre de mission. Et comme il était assez baraqué, il n'hésitait pas à user de ses poings quand la persuasion ne marchait plus. Et ça, c'était surtout en fin de journée, quand il en avait marre, quand il commençait à en avoir ras le cul de voir des mecs lui jeter des regards méfiants et fermer leur bec... Qu'ils rouvraient aussitôt que le blond devenait violent. Mais tout ça ne menait à rien, il n'arrivait pas à conclure la mission qu'on lui avait donné. Et ça le faisait chier. Il était donc d'assez mauvaise humeur quand la nuit s'était terminée. Pourtant il aurait du avoir plus de chances d'attraper un truc, le marché noir étant plus actif dans la pénombre, sous la faible lueur des torches. Il commençait à sérieusement fatiguer, et son cerveau n'avait plus envie de se plier en quatre pour trouver un moyen de persuader truc ou chose. Il avait fini par s'énerver, avait plaqué le gars contre un mur, et laissé se défouler son côté guerrier. Pour rester poli. Le nez en sang, le mec avait balbutié des explications, que Richard écoutait attentivement, sans remarquer une présence derrière lui. L'air satisfait, il lâcha enfin sa pauvre victime qui resta là, prostrée contre le mur à renifler. L'autre n'avait pas fait de bruit, et l'homme lui lança donc un regard franchement étonné de le trouver là quand il se retourna vers lui. Ce jeune homme, aux cheveux bruns assez lisses, et à la peau pâle digne d'un des plus beaux vampires, il l'avait déjà rencontré, mais cela datait. Mais il n'avait pas oublié. Quand il avait plongé son regard bleu océan dans ceux couleur émeraude, il y avait eu comme... un échange, une compréhension, un transfert. Comme si ça passait entre eux. Le courant. Il s'était assez près de lui, son verre de whisky à la main, et il l'aurait abordé si les flics n'avaient pas débarqués. Il avait préféré fuir plutôt que s'expliquer, bien que son rang soit suffisamment haut pour ça. Le bar était mal famé, ça il s'en foutait, mais il n'avait pas envie d'un scandale, qu'on sache que Richard Eloi traînait dans ce genre d'endroit, etc. Enfin. Il était là, devant lui. Le karma faisait bien les choses. Il l'observa donc, délaissant l'autre type là par terre. Il était beau. Il lui avait tapé dans l'oeil. Il se le ferait bien. Il eut un petit sourire de prédateur qui a choisi sa proie au milieu d'un troupeau et qui est parfaitement certain de la choper. Il s'avança d'un pas vers lui, sa colère passée. 

— Salut.

Ouais, tout simplement. Il engageait la conversation comme ça. Bon, il aurait pu rajouter « j’peux t’offrir un verre ? » mais ça aurait mal glissé vu leur lieu de rencontre. Il dira ça plus tard. Pour le moment, il fallait qu'il sache son nom.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Mar 18 Aoû - 0:56


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.

Il a fini par lâcher sa victime après l’avoir attentivement écoutée. Elle est dans un sale état. Il n’y a pas été de mains mortes. L’hémoglobine vient chatouiller mes narines. Un goût métallique saute sur mon palet. Assez. Je me demande bien ce qu’il peut faire ici. Sans doute en affaire. Pourtant, dans le conscient collectif, ce n’est pas vraiment le genre d’endroit où on pense trouver les gens de la « haute ».  Encore une fois, ce genre d’affirmation pourrait se tenir à moi. Mais j’ai mes raisons. Sans doute lui aussi. Et qu’est-ce que j’en ai à faire, d’ailleurs ? Mon esprit divague. Je n’arrive pas à décrocher mes yeux des siens. C’est comme la dernière fois. Cette étincelle. Cette goutte d’eau en plein océan. Ça m’électrise alors que je pensais ne plus pouvoir ressentir quoi que ce soit. Je n’arrive pas vraiment à me concentrer. Il s’insinue en moi. Fait courir des frissons sur ma peau insensible. Ses cheveux se répandent sur ses épaules tandis qu’il se tourne vers moi. Mes prunelles suivent le moindre mouvement, le moindre geste ou mimique. Scotchées. Il se redresse de toute sa hauteur. Il est impressionnant. Je suppose que je l’aurais craint si j’avais été humain. Mais je suis ce qu’on a fait de moi. Un tueur. Un homme d’affaires. Un aristo’ en noir, étriqué dans un costume. Etouffé. Vendu. Entravé. Alors ses épaules larges. Ses bras bien dessinés. Sa carrure insubmersible m’apparait comme normale, du moins quand vous côtoyez des surhommes depuis votre plus tendre enfance.

Le masque se remet de nouveau en place. Je me redresse et renfile ma cape de prince des glaces. Je le détaille d’un regard rugueux. Comme si je ne le connaissais pas. Comme si je ne l’avais jamais vu auparavant. Impassible, le Gaspilleur reprend le contrôle. De mon cœur comme de mes gestes ou de mes paroles.

─ Salut.

Les lèvres de cette lumière estivale ont fini par s’étirer d’un petit sourire. Quelque chose de beau. De magnifique. D’éclairant dans le noir. De chaud en hiver.  Mon armure se fissure légèrement mais le Gaspilleur ne l’entend pas de cette oreille. Il continu de refouler tout ça. Comme si ça pouvait être mauvais. De repousser tout ce à quoi j’espère, pour me faire souffrir. Je le déteste. Mais je suis bien trop faible pour gagner. Il a pris trop de place dans ma vie. Je l’ai trop souvent laissé choisir à ma place. Faire à ma place, pendant que je m’en sentais incapable. Pendant que je me sentais désœuvré. Seul et abandonné. Maintenant je m’en mords les doigts. Ce que je veux est tout près mais je ne peux pas l’atteindre. Comme si ça pouvait me brûler les doigts.

─ Bonjour.

Tandis que la voix de mon interlocuteur était douce, limite chaleureuse, la mienne contraste par sa noirceur et son côté acérée. Il a encore gagné.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Mer 19 Aoû - 18:48

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞


Il continua de l'observer, pendant que le jeune homme se redressait aussi. Il était presque aussi grand que lui, mais bien plus mince, fin. Tout en lui l'était, jusqu'à ses doigts pâles. Il était beau. Mais il avait sur le visage un air froid, calculateur.

Bonjour, lui répondit-il.

Il y eut un silence, entrecoupé par la respiration sifflante du mec que le blond avait tabassé derrière lui. Il grogna, se tournant de nouveau vers lui, et lâcha un « Dégages. » qui le fit vite détaler en direction du port. Ah oui. Il y avait passé la moitié de la nuit, autant au-dessus de l'eau que dans les bars. Il aurait pu y croiser ce mec. Dont il ne savait pas le nom. Il revint donc à lui, les mains dans les poches avant de lâcher :

C'quoi ton p'tit nom déjà ?

Puis, une fois qu'il lui eut répondu, il lui donna son propre prénom. Juste ça, Richard. Il n'avait pas besoin qu'on reconnaisse qu'il était au service de la reine ici, en pleine nuit, à côté des entrepôts de poisson. Il y eut à nouveau un silence.

J'peux te payer un verre ?

Miracle, il accepta. Plutôt étonnant, vu la tête qu'il tirait. Mais bon, notre rayon de soleil national espérait le tirer de sa carapace avec un ou deux verres.
Il ne savait pas trop si ce Eden se souvenait l'avoir déjà rencontré, en fait. Pour l'instant, le seul signe positif à ce sujet qu'il ait donné était qu'il ait accepté de boire un coup.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Mer 19 Aoû - 19:24


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.

Il a sifflé sa victime du soir et elle a disparue aussi vite. Cette fois, nous sommes seuls. Tous les deux. En face à face. Comme si nous allions nous affronter. Combat à mort. Je sens son regard brûler ma peau de glace. J’en frissonnerais presque. Les mains vissées dans ses poches, ses lèvres se mettent à bouger et forment des mots. Mon nom ? Peut-être n’avons-nous pas eu le temps de faire les présentations la dernière fois. Ou alors, il a oublié. Ce qui est plausible aussi. Je lui réponds sans plus de cérémonie. Quel serait l’avantage de garder ce mystère ? Aucun. Puis son nom me parvient aux oreilles, de sa voix profonde. A l’extérieur rien ne transparait mais à l’intérieur … A l’intérieur, les faibles fragments d’humanité que je garde, bouillonnent. J’essaie de me ressaisir. Ce n’est qu’un gars. Parmi tant d’autres. Qu’est-ce qu’il a de plus ? Rien. Et il est au service de la Reine, ce ne serait sans doute pas bon pour les affaires. Et pourtant, les yeux humains ne peuvent que s’extasier devant son sourire et la forme dessinée de son visage. Cet air dangereux mais à la fois attirant. Comme le feu. Magnifique à regarder. Meurtrier quand on s’approche trop.

Tandis que le silence reste en suspens entre nous quelque secondes, il renchérit. Me demande si je veux aller boire un verre avec lui et l’accompagner ailleurs. J’aperçois du coin de l’œil mon conseiller, dans le fiacre, qui me fait signe. Pointant une montre à gousset, tout en fronçant les sourcils. L’impatience. Je déteste ça.  J’hausse les épaules. Il peut bien se débrouiller tout seul, non ? J’accepte donc son offre avec plaisir, non pas qu’à cause du fait que je peux passer plus de temps avec le blond, mais aussi parce que je peux fuir mes responsabilités. Encore une fois. Au pire, je pourrais toujours accuser mon hôte. Il est peut-être tôt pour boire mais je m’en fiche. Je le suis. Dans les rues escarpées de la capitale. Tandis que nous marchons, je l’observe. Imprime les moindres détails dans ma mémoire. Sa démarche. Les plies que font ses vêtements dans son dos. Et son odeur … Son odeur plus qu’enivrante. Comment résister ? Je me laisse porter, me laisse bercer. Alors que le Gaspilleur perd de plus en plus de terrain sur moi. Je reprends petit à petit le contrôle. Les ombres vont bien finir par disparaitre. Il le faut.

On est finalement entrés dans un bar. Richard semble le connaître. Nous nous sommes installés au comptoir. Il a commandé pour nous deux d’un geste. Assis à côté de lui, je ne peux pas empêcher ce petit sourire de poindre sur mes lèvres à peine rosées. Je ne peux pas m’empêcher de les mordiller. Envie. Oh oui, j’aurais bien aimé l’embrasser ici. Découvrir ses lippes. Comme ça. Alors que nous étions de parfaits inconnus l’un pour l’autre. Que nous ne nous connaissions absolument pas. Mais ce genre de choses ne se contrôlent pas, je suppose. Toutefois, j’ai réussi à garder enfermer mes élans d’affection, pour boire cul-sec le verre qu’il m’offre. Parce que je ne dois pas me comporter de la sorte. Que je n’ai pas envie qu’on me reconnaisse, surtout en ce lieu. Et que cela serait sûrement mal venu.  Le fond du récipient claque sur le comptoir en bois, tandis que le liquide descend doucement le long de ma gorge. L’alcool n’a aucun effet sur moi. J’aurais aimé.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Mer 19 Aoû - 23:01

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞

Il y eut un silence avant qu'il accepte. Derrière lui, il y avait un fiacre, un de ces beaux que seuls les vampires fortunés sortent sans crainte de le salir, et un homme faisait des signes à Eden. Il devait repartir ? Rich serait fort déçu. Mais il finit par hausser les épaules et le suivre au bar. Bar que le blond avait déjà écumé une ou deux fois, donc il connaissait le patron. Il le salua d'un geste, commanda pour commencer une bière pour eux deux. Il continua de l'observer. Il ne semblait pas un grand fervent d'la bouteille. Peut-être plus habitué au vin, vu son air ? Puisqu'il était habillé comme un bourgeois bien mis, après tout... Les apparences font bien leur boulot. Et lui bah...

Ils commencèrent à discuter de tout et de rien. Le boulot, la reine, les affaires d'Eden. Il apprit donc que le jeune homme était à la tête d'une jolie famille bourgeoise concurrence d'une autre, les... Mylskaric ? Pourquoi ces gens avaient des noms à coucher dehors ? Eloi c'était bien, c'était simple. Oui bon, il se l'était approprié, donc il avait pris soin de prendre un truc bien. Bref.

Il lui parla donc de lui. Pas forcément du boulot, il ne voulait pas s'étendre, mais de sa vie, à Alfheim surtout. Il sentait le regard du brun dériver sur lui, comme la dernière fois. Il faisait du même du coin de l'oeil. Il attendait juste que la tension monte un peu pluspour venir au contact. Glisser une main sur sa cuisse, dans son dos. Se rapprocher de lui, puis lui murmurer deux trois choses secrètes au creux de son oreille. Il savait s'y faire, et il voyait qu'Eden appréciait. Il l'avait dans son lit ce soir, ou bientôt. Mais l'objectif du soir était surtout le baiser.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Jeu 20 Aoû - 10:22


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.

La discussion va bon train. Les verres descendent et le jour se lève de plus en plus. La seconde facette de moi-même semble enfin m’avoir lâché la grappe. Je suis plus serein. Et il semble l’apprécier puisqu’il me parle de lui. Pas nécessairement de son boulot en détails mais de la vie qu’il menait bien avant d’arriver ici. Je l’écoute attentivement, mais cela devient de plus en plus compliqué. Plus j’en apprends sur lui, plus j’entends ça voix s’insinuer en moi et plus mon corps se rapproche du sien, comme un aimant. Nos genoux se frôlent. Mes yeux notent tous les détails importants, le scrutent monceau par monceau. Ses mains puissantes et nouées. Rien qu’à les regarder une vision me traverse, j’en rougirais presque. Mes prunelles divaguent sur ses épaules larges, massives. Sur ce dos couvert de tissus mais dont je peux apercevoir une ébauche. J’aimerais le découvrir. Le caresser. Le griffer. L’embrasser. Je mordille encore ma lèvre, secoue la tête, tentant de détourner les yeux et de chasser ces images qui me viennent à l’esprit. Si je continue comme ça, je vais passer pour un fou. Je le suis. Mais plus sagement.

L’air semble s’alourdir autour de nous. S’appesantir. Son timbre de voix se fait plus profond aussi. Se pourrait-il qu’il utilise la magie pour m’ensorceler ? Auquel cas, je suis déjà piégé, aucun doute là-dessus. A l’instant même où nos visages se rapprochent ostensiblement, un bruit de verre brisé se fait entendre. Coupé dans mon élan, je tourne la tête et découvre deux types en train de se castagner au fond du bar. Rapidement, la bagarre s’étend à tout l’établissement. Parce que, même s’il est tôt, le bar est déjà pratiquement plein. Des habitués, je suppose. Des cris, des jurons, des coups. Je ne suis même pas choqué, cela me ferait presque rire en fait. D’ailleurs j’ai un sourire aux lèvres. Peut-être le premier de la matinée. Un vrai sourire. Un sincère. Les tables sont renversées et finissent couchées au sol, les chopes plus ou moins pleines volent à travers la pièce et s’éclatent sur le sol froid et sale, avec fracas. Des coups de poings maladroits résonnent dans un joyeux bordel. Nous ne sommes pas épargner puisque un verre épais atterrit entre nous deux. Mes sens vampiriques me forcent à reculer et éviter le liquide. Cependant, Richard n’a pas eu cette chance. Jetant un regard à sa chemise trempée, je glousse. Sa chemise est claire. Et tout le monde sait ce qui se passe quand un tissu clair finit mouillé. Je n’ai pas attendu de comprendre, mes yeux ont de suite divagués avec délice sur ses formes. Je me lèche les lèvres avant de relever les yeux vers lui. Il a l’air irrité. Une petite baston et on se fera jeter dehors. L’idée de rester avec lui ne me déplait pas. Joli programme.


FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Sam 12 Sep - 15:00

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞ - Richard & Eden

Il eut un sourire quand il vit que sa proie n'opposait pas de résistance. Il s'apprêtait à glisser une main dans ses cheveux pour l'embrasser, quand un bruit de verre brisé retentit. Tout le monde tourna la tête vers l'origine du son : un gars, apparemment bourré jusqu'au bout des ongles, avait voulu balancer sa chope à la gueule d'un autre, mais avait largement raté son coup. La boisson avait atterri sur le carrelage déjà bien abîmé et usé de l'auberge. Un autre s'était pris de la bière dessus, et ça avait pas l'air de lui plaire. Après quelques insultes échangées avec l'autre mec, ça en vint aux mains, et rapidement, deux camps se formèrent dans l'établissement, sous le regard placide du gérant, qui avait l'habitude. De toute manière, tout le monde devra le payer en sortant, sinon gare à ses fesses. Richard ne comptait pas vraiment y prendre part, quand il se reçut un verre plein dans la figure, le trempant. Okay, là, ça devenait personnel. Il se leva, haut de son mètre quatre-vingt-dix, et beugla :

C'est bientôt fini, oui ?!

Quelques uns se stoppèrent en l'entendant, mais un autre cria un « Fils de pute ! » qu'il dut regretter très vite quand il vit le regard courroucé du blond sur lui. Il se tourna vers Eden, sans tenir compte de sa chemise blanche qui devenait transparente :

J'ai envie d'me défouler. Je donne une petite correction à ces crétins, et je suis tout à toi.

Il lui fit un clin d’œil enjôleur, promesse de tout un tas de choses... Herm, sensuelles, avant de faire craquer ses poings. Les bagarres de tavernes, Rich s'y connaissait un peu. Déjà naturellement musclé depuis sa tendre enfance - merci les elfes, il cognait dur, et il était pas du genre à s'évanouir dès qu'on lui mettait un petit coup dans le bras. Il espérait juste pas trop s’écheveler, fallait être un minimum présentable après ça, s'il voulait mettre Eden dans son lit.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Sam 12 Sep - 15:32


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.

Mon sourire s’agrandit encore un peu en apercevant le clin d’œil de mon compagnon de la matinée. Apparemment, même sa présence n’à dissuadé personne. La taverne se transforme en véritable ring. Tout le monde fond sur son voisin. Les coups résonnent et les cris percent même jusqu’à l’extérieur. Je suis des yeux le blond qui règle rapidement les problèmes de chacun avec sa douceur légendaire. Je ne reste pas là à rien faire non plus. Il a bien fallu que je me défende moi aussi, quand un petit malin a voulu me refaire le portrait. Même si cela revient plus à de l’amusement pour moi. Parce qu’au fond j’aime ça. Faire mal. Encore plus tuer mais cela n’aurait pas été joli joli n’est-ce pas ? Aujourd’hui je me civilise. Avec un humain qui plus est, alors autant faire bonne impression. Et puis le sang, ça tâche. Cela me fait rire. D’habitude je ne les traite que comme des poches de sang, ambulantes. C’est amusant.

La bagarre arrive rapidement à son terme, à grand renfort d’hématome et de gémissements de douleur. De sang et de regards effrayés. La tension finit par retomber. J’attrape donc la main du pacificateur et le sort d’ici avant que le patron ne nous demande des comptes. Je ne peux pas empêcher mes lippes de s’étirer. Le soleil vient de se lever. J’ai l’impression de me réchauffer. Plus à l’intérieur encore. Ses doigts contre les miens me font l’effet d’un feu à taille réduite. Ça crépite. Ça chatouille. C’est chaud. Une fois arrivés dans des ruelles, un peu plus fréquentables diront nous, je le lâche. Comme si cela n’avait rien à faire là après tout.

Je porte le regard à l’horizon, vers les maisons hautes. Bourgeoise et sans doute abritant de familles paisibles. Je me lèche les lèvres dans un rictus carnassier. Pas maintenant. Ce soir ? Je finis par me tourner vers le blond qui me suit, toujours cet air malicieux au visage.

─ Qu’est-ce que tu entendais par « tout à moi » tout à l’heure ?

Je sais que ma question est lourde de sens, et je sais aussi ce que j’insinue par là. Mais j’ai trop attendu. Je veux le connaître. Son corps. Ses formes. Ses caresses. Ses lèvres. Son sang. Je veux tout découvrir. Il le faut. Je le veux.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Dim 20 Sep - 22:36

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞ - Richard & Eden


Finalement, tout se calma rapidement. Le bruit des coups et des cris laissa place à ceux des gémissements des plus mal en point, qui essayèrent de retourner à leur siège. Richard pensait faire de même, mais Eden l'attrapa par la main et l'entraîna dehors. Bon... Il payera le patron un autre jour. Pour le moment, ça avait l'air bien parti avec sa... Proie, qui gardait sa main contre la sienne. Il l'avait plutôt froide, mais ce n'était pas déplaisant. Les deux hommes traversent quelques quartiers, avant d'arriver chez les riches, les bourgeois. Il devait habiter dans le coin. Il sourit. Le vampire se tourna finalement vers lui :

Qu’est-ce que tu entendais par « tout à moi » tout à l’heure ?

Oh, pleins de choses... susurra-t-il en réponse.

Pleins d'images salaces oui, qui envahirent son esprit. Plus que jamais, Richard se mit à bouillonner d'envie, à deux doigts d'attirer le jeune homme dans une ruelle afin de se satisfaire.

Des choses comme... Te faire du bien... Beaucoup de bien. ~

Il savait parfaitement qu'Eden avait compris, le brun n'était pas débile, mais il s'amusait surtout à le chauffer par ses réponses évasives.
Il glissa ses lèvres tout près de son oreille, tout près de sa peau, dans son cou. Sa fine barbe devait frôler et le faire frémir, tout comme les paroles qu'il murmurait, promesse du bonheur dans les draps...



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Lun 21 Sep - 21:31


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.


Le blond me promet monts et merveilles. A grands renforts de paroles. De timbre de voix rauque et de corps qui se rapprochent. Le mien a décidé de se reculer. Jusqu’à ce qu’il n’y est plus d’espace. Jusqu’à ce que la pierre froide heurte mon dos, silencieusement. Jusqu’à ce que la fuite ne soit plus possible. Et ce n’est pas ce que je veux. Je ne crois pas. Je déglutis, un petit sourire aux lèvres.

Il est si proche. Ses lèvres si près de moi. Et sa peau qui touche la mienne dans un frisson de désir ... Ses mots qui s’insinuent en moi. Dans la toute naissante chaleur de la matinée. Je brûle. Je me consume petit bout par petit bout. Je mordille ma lèvre, tenté. Tellement tenté. Nos bustes battent pratiquement l’un contre l’autre. A l’unisson. Comme des percussions. Rythme irrégulier. Respirations fourbues. Mes doigts vont pianoter sur ses hanches, comme naturellement. Comme si je l’avais toujours fait. Comme si c’était à sa place. Je soupire.

─ On ne peut pas rester là …

Il semble tiquer et je le sens sourire un peu plus. Le sillon se creuse sur son visage. De toute évidence, il a atteint son but. Mais je ne m’en sens pas piéger. Je désire que cela se produise tout autant. Tant pis si ce n’est que pour une nuit.

Je fais glisser mes phalanges. En profite pour passer sur la courbe arrondie de ses fesses, sur sa cuisse aussi. Puis attrape de nouveau sa main. Nos doigts se lient automatiquement et je recule un peu la tête pour pouvoir de nouveau attraper son regard. Cristal bleuté. Myosotis. Fraîcheur. Lac. Roc. Nos visages sont si près que je n’ai qu’à tendre le cou pour que nos bouches atterrissent l’une sur l’autre. Rebondissent en chœur. Se découvrent pour la première fois.

Alors, qui sera le premier à craquer ?

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/01/2015
Age : 20

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : France, Hetalia | Thor, Marvel
En couple ou célib ? : C'est compliqué... * coup d'oeil à Eden et Aryan *
Guerrier
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Sam 3 Oct - 16:47

Les trois commerces
❝Parce que t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau j't'ai dans la tête❞ - Richard & Eden


Comme une lente danse sensuelle dont chacun connaissait le rôle par coeur, Eden était allé se coller contre un mur au fur à et mesure que Richard s'avançait, au fur et à mesure que Richard continuait son manège. Très naturellement, son bras s'était appuyé contre le mur, comme pour l'empêcher de fuir. Mais il se doutait que le vampire ne voudrait pas s'en aller si vite. Tout marchait à merveille, il le voyait très bien. Ses lèvres frôlèrent à nouveau son cou, sa mâchoire, lui arrachant un soupir. Une vague de désir l'envahit, et il retint une pulsion de se jeter sur lui, sur ses lèvres et son corps à découvrir. Il décida à la place de laisser une trace luisante sur la peau de sa proie, de susurrer encore quelques phrases d'une voix grave. Il voulait entendre la sienne, l'obliger à gémir son nom et son plaisir. Des images envoûtantes traversèrent son esprit, et se traduisit par un frisson de plaisir. Il se colla un peu plus contre lui, et la main d'Eden se nicha sur sa hanche. Quant à lui, il enroula son bras autour de la taille du brun, collant avec plus ou moins de douceur son bassin contre le sien. S'il devait encore lui prouver combien il le désirait, Eden en avait désormais une bonne illustration.

- On peut pas rester là... murmura l'autre.

Le blond eut un sourire. Il avait gagné. Il avait gagné depuis le début, mais désormais qu'il en était sûr, il pouvait se lâcher. Et ô combien qu'il allait se lâcher, ô combien il allait profiter d'Eden. Il colla alors peut-être un peu trop fougueusement ses lèvres aux siennes, mais il les avait tant désirées, ses lippes. Et désormais il les bouffait avec fièvre et désir, se retenant de frotter son bassin au sien. Ses doigts se glissèrent dans sa nuque, remontant dans ses cheveux tandis qu'Eden lui cédait ses lèvres et sa langue. Il joua longuement avec, la suçota jusqu'à n'en plus avoir de souffle, tout ça, pour le faire gémir. En même temps, se posa la question de savoir où aller. Sa chambre, au palais, était assez loin, et il ne savait évidemment pas où Eden habitait. Aller choper une chambre dans le motel le plus proche ? Pour peu qu'il ne soit pas de très bonne qualité...


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 11/08/2015

Fiche d'identité
Informations ::
Avatar : Loki / Tom Fuckin Hiddleston.
En couple ou célib ? : c:
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   Ven 9 Oct - 22:21


Les trois commerces.
Watch the blood pump through my veins.
Electricity floods my brain.
Can't hide the pain, can't hide the pain.


Retenue brisée. Chaînes coupées. Sourires. Soupirs. Lourdeur. Je sens ses mains chaudes me parcourir. Je sens ses lèvres dans mon cou. Humidité suave, déchirante. Les corps se meuvent l’un contre l’autre. A l’unisson. Se combattent. Frissons. Envie partagée. Et puis, dans un tourbillon en puissance, chargé de désirs, d’accords silencieux, de parfums musqués ; tout s’est assombrit. Tout s’est stoppé. Tout n’a plus jamais tourné rond. Lenteur. Arrêt.

Dans un soulagement, je me laisse glisser à toutes ces sensations. A ses lippes brûlantes de fraîcheur. A ses doigts qui glissent de ma nuque à mes cheveux ébène avec vélocité. Mes yeux se ferment. Je me jette dans les abymes. Conscient. Nos bassins se cognent, s’entrechoquent. Os brisés. Morsure. Violente douceur. Fermeté. Les langues se trouvent. S’enlacent. Se lient. Et bientôt, un gémissement s’échappe de ma gorge, entre nos baisers langoureux. Je l’entends glousser. Serait-ce de la chaleur sur mes pommettes ?

Je soupire encore. Pression. Organisme en mouvement. Battements. Tambours. Percutions. Coup de sang. Hémoglobine bouillonnante. Respiration perdue. Cœur en perdition. Sous mes phalanges glacées, se met à danser cette peau. Faite de chair et de sang. Claire. Chaude et vivante. Battante et en vie. Percutante. Mouvante. Tout mon contraire.

La Terre revient sous mes pieds. L’air fait de même dans mes poumons. Je crois que je retrouve le temps, la réalité. Nos bouches se séparent finalement. Cages éventrées. Systèmes dysfonctionnels. Je retrouve ses yeux brillants de cette lueur joueuse et à la fois tellement enflammée. Je peux y lire ses désirs. Ses envies. Les images qui le traversent. Ce qu’il projette sur nous. Sur nos corps nus. Comme une torche entourée d’ombres. Mais où somme- nous ? Dans la lumière ? L’obscurité ?  Bien ou mal ?

Caché dans son épaule. Niché dans son cou, le nez froid. Séparé du reste du monde. Barrière. Rempart. Son corps masque parfaitement la totalité du mien. Je m’y sens bien. Je m’y sens en sécurité. Protégé de n’importe quelle attaque. Je secoue la tête. Non. Stop. Je me redresse. Je ne suis pas de ces gens qui attendent d’être aidé. Je suis celui qui donne l’aide. Je me protège tout seul. J’en suis plus que capable. Je ne me repose sur rien, sur personne. Je ne peux pas. Je ne le dois pas. Et pourtant, face à lui, j’aimerais me dévoiler. Retirer ce masque, ce costume. Me mettre à nu. J’aimerais le croire. Me laisser guider. Pouvoir me reposer. Mais je ne le connais pas. Nous ne sommes rien. Néant. Froid.

─ Faut qu’on bouge, Rich’ …

Ce prénom. Cette abréviation. Voilà que ça sonne juste dans ma bouche, entre mes dents. Je secoue de nouveau la tête, confus. Il faut que cela cesse. Impression étrange. Il faut qu’on dégage. Que cela se déroule puis que tout le monde reparte chez lui. Tout sera mieux après. Pas de dommages collatéraux. Pas de dégâts. Je ne veux pas. Je ne peux pas. Cicatrices en putréfaction. Fissures. Je reprends de l’air.

Saisi de ses doigts, je le guide à l’extérieur de la ville. Bien loin des fumées épaisses. Bien loin du monde. Bien loin des ouï-dire. Tout le temps du trajet, je n’aie su quoi dire. Une boule à la gorge. Noué. Je n’ai pu décoller mon regard de nos deux mains enlacées, engluées. Mon cœur est repartit.

Champs. Vent à travers branches et feuilles. Soleil entrecoupé. Pétales. Etendues vertes, craquantes. Pourquoi est-ce que je vais si vite ? Pourquoi ces pas aussi rapides ? Arrête-toi. Rebrousse chemin. Il n’est rien. Rien, rien, rien. Stoppe-toi. Mais avant de pouvoir souffler, la destination que je visais se trouve déjà devant moi. Une minuscule cabane, aux allures délabrées et effondrées. Pourtant je sais ce qui s’y cache. Ce petit cocon où j’aimais lire. Où tout semblait si simple …

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Signature de l'Enfer par la délicieuse Mira' c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les trois commerces. │Eloi - Florius de Nardo.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Trois Mousquetaires
» La Geste des Trois Amants
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫
» Trip à trois!
» Un, Deux, Trois ... mètres de cordes (PV Kilip)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Pandora :: Ecriture :: Pandora :: Loitaceila :: Port-
Sauter vers: